Après l'arrivée d'Eliott, les randonnées itinérantes se sont un peu limitées :) Mais on essaie de garder le cap ! Cet été, en vacances dans le Queyras avec quelques amis, on a décidé de se lancer un petit défi : bivouac au lac Foréant (2600m) pour aller voir le soleil se lever au sommet du Pain de Sucre, un classique queyrassien à plus de 3000m.

Bon, la préparation n'était pas aussi sérieuse que les années précédentes, mais la petite équipe de 4 (gégé, laura, anne-claire et moi) est partie la veille au soir pour atteindre le bivouac prévu. Le lac Foréant s’atteint sans encombre, après une grosse heure de marche (passage par le col Vieux à 2806m). Déballage des tentes/tarps se fait dans le froid, ça va cailler cette nuit ! Gégé est persuadé que j'ai une vraie tente dans mon sac. Non, non, on va vraiment dormir sous le tarp :) Petit repas tranquille avant de se coucher assez tôt. La nuit sous tarp s'est pas trop mal passée, malgré une température frisquette (-2°C au plus froid sur la montre). Le givre s'est beaucoup déposé sur la toile, ce qui a causé un affaissement. Anne-Claire, au fond de la tarp avait quelques difficultés pour résister avec la toile qui lui tombait dessus... En terme de sensation, c'est assez étrange, l'atmosphère ne se 'réchauffe' pas comme dans une tente. L'air respiré est toujours très frais. Je n'avais jamais eu cette sensation dans une tente classique. En terme de chaleur, le duvet 0° confort était juste :) On a dormi 4h je crois, de 22H à 2h du mat'. Après, impossible de se rendormir jusqu'au lever vers 4h...

Le réveil est froid au petit matin, ça claque des dents... Le tarp voit son poids doublé avec la couche de givre !! L'eau préparé la veille pour le thé s'est transformé en glaçon dans la casserole... On repart vers 4h45 en direction du sommet, 600m plus haut. Montée sans grosse difficulté, on peut suivre la progression des autres groupes grâce aux frontales... Le Pain de Sucre est très prisé en ce petit matin ! Arrivé en haut quelques minutes après le lever du soleil (mauvais timing, trop de temps pour ranger le bivouac...) Mais c'est un succès pour la petite équipe ! Bon ça caille hein, les 3 loustics se camouflent derrière mon duvet pour gagner quelques degrés, mais c'est pas gagné... Après un gros 1/4 d'heure c'est le temps de la descente tranquille pour faire sécher le matos au soleil en attendant le reste des équipes qui partaient de l'appartement au matin.

En tout cas une chouette sortie sans grande prétention, mais avec un test de tarp en condition sympathique, et un sac minimaliste !